01 43 37 13 47

Le cheval dans les vignes

Un retour en arrière ou une nouvelle vision viticole ?

Publiée par Bruno quenioux le 24/08/2010 09:00

Il y a encore 10 ans, parler de griffage ou de labourage des sols relevait purement et simplement de l’utopie ou d’esprit réactionnaire.

Il a fallu des preuves indiscutables (gustatives et scientifiques) pour mettre en évidence qu’un sol vivant permettait à la vigne de produire des vins plus cristallins et développant une plus grande légèreté. (Il faut dire que cette qualité a été bannie par un grand nombre de dégustateurs ces 30 dernières années au profit de la recherche d’épaisseur et de puissance).

Et oui… une terre lourde et morte favorise la production de vins lourds et morts, une terre vivante, souple et légère, donne des vins qui retrouvent la « scintillance » des saveurs et une délicatesse de texture.

La recherche empirique dans ce sens (sans aucune aide publique) livre des résultats bouleversants. La chimie, le tracteur, ont favorisé le tassement des sols et générés des problèmes multiples pour la vigne, le vin, et l’environnement.

Prenons les essais menés sur 4 ans par le Domaine Arlaud à Morey St Denis en Bourgogne (Domaine en agriculture biologique)  : des parcelles coupées en deux, une partie travaillée au tracteur, l’autre au cheval. Dès la deuxième année, la partie menée au cheval, retrouve souplesse, et organisation. L’eau s’infiltre mieux.

Les expériences se multiplient, certains abandonnent même le tracteur (surtout en Bourgogne). Les constructeurs de machines agricoles changent leurs objectifs : moins de puissance et réduction draconienne du poids, pour que les tracteurs ne meurent plus de leur obésité et de leur brutalité. Le problème : le tracteur vibre le sol pendant que le cheval le respire, le vit.

Je ne crois pas que le tracteur soit totalement condamné, les régions produisant des vins au prix de vente moins élevé ne pourront se permettre cette démarche plus coûteuse. Mais les constructeurs en ont bien fini avec la puissance et la violence des chars d’assaut.  Leur recherche se fera sur la légèreté des machines et leur capacité à travailler en  délicatesse.

Tiens, j’ai déjà utilisé ce langage quelque part.

Les dernières parution