01 43 37 13 47

Nos Valeurs

Ma philosophie de la Viticulture naturelle
 

Depuis les années 30, la quête du productivisme en viticulture par l'utilisation de la pétrochimie a généré des pollutions de façon inconsidérée, dans les nappes phréatiques et dans tout l'environnement.  Les conséquences sont aujourd'hui nombreuses et il est urgent de changer toute la vision de l'agriculture.

En France, la vigne représente 4% de la surface agricole et consomme 20% de la production de l’agrochimie! La plante, trop traitée et enrichie en engrais chimiques, perd toutes ses défenses immunitaires et devient sensible à la moindre maladie, détruisant du même coup l’environnement. Le vin perdait ses saveurs. Il a donc fallu recourir à une œnologie plus violente. De nouvelles technologies apparurent autorisant tous les excès. Pour obtenir de belles notes de dégustation, certains vignerons étaient et sont encore sont prêts à tout, en oubliant l’expression même de terroir. Ces techniques castratrices, je les réprouve. Elles produisent des vins ternes et fatigants. Nous sommes passés dans les années 70 du dogme de la non-maturité à d’autres dogmes. Surtout pour les vins rouges où était mise en valeur la surmaturité, l’indice de tannins, la "noirceur" et l'extraction maximum. Pendant ce temps, les vins se standardisaient, perdaient de leur souffle ainsi que leur âme avec ces produits du "nouveau monde". Ils étaient parfois bons mais ne vibraient plus. De plus, ils devenaient fragiles et oxydatifs. Ce fut l’Eldorado de l’œnologie moderne. Parallèlement, une poignée d’hommes et de femmes partaient en quête de saveurs naturelles, de différences, pour une renaissance des vins de terroirs, des vins sincères.